• Et Gare!

    On a l'après éthylique, on ne se refuse rien, je crie au calme par défaut, gueule de bois en dentelle, il y a des trous partout qui laissent passer l'air, vicié.

    C'est un Etat sauvage, qui reste à compter l'inconnu . D'un doigt, je démonte l'orbite millénaire qui tourne comme une horloge brisée au solstice. Il y a la ronde infernale des joints éteints qui roulent entre ses mains. Le temps de lui dire adieu et j'arrive. Comme je t'attendais.

    Je m'égare du Nord

    Je m'égare de Lyon


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :