• écorché vif

    Et on a serré les vis à l'intérieur de moi, et j'ai bien tout senti jusque dans mes os, la douleur c'est que j'étais en vie, la douleur dans ma chair c'est que j'étais encore en vie.

    Allez vas y serre plus fort mon amour les vis dans les bras (maigres, maigres).

    Regarde bien j'ai tremblé plus fort que toi, et j'ai les muscles à vif et tu ne vois pas que mes os partout qui sortent c'est juste comment je suis dedans, c'est l'obscène à l'extérieur de l'intérieur. C'est l'autopsie, c'est la crucifixion, c'est le sang qui coule partout, c'est j'ai mal à la tête et le ciel qui ne s'ouvre jamais, et il sera écarlate de me voir gémir mais il ne comprendra pas ce que ça fait, rien de rien, c'est l'option pas discutable, c'est mes cotes qu'on compte les lattes d'un sommier qui craque doucement au rythme des Stones, au rythme de moi qui respire trop fort et qui manque d'air.

    Et ils diront que je suis malade, que je suis un putain de cadavre mais moi putain je suis pas mort, moi putain je suis plus en vie qu'ils ne le seront jamais, je ressens partout la vie en moi, le soleil qui me brûle les yeux, le goût de la peau. Si je sens aussi bien les vis c'est que j'ai les nerfs qui hurlent.

    Regarde bien j'ai tremblé plus fort que toi.

    Je ne suis pas maigre, je suis écorché vif.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :